GAGNER CONTRE LA POLITIQUE DE SARKOZY
OUI, NOUS POUVONS

jeudi 18 juin 2009

Les conséquences de la crise économique s’étendent : licenciements et chômage partiel. La politique de Sarkozy et de son gouvernement a privilégié les banques en refusant tout coup de pouce aux salaires et aux prestations sociales. Le mécontentement grandit parmi les salariés, les chômeurs, les étudiants, les lycéens. Cette politique au service du capital et des plus riches affaiblit notre pays. Oui, nous pouvons et nous devons faire reculer le gouvernement.

Les 8 grandes organisations syndicales du pays appellent à riposter le 29 janvier. « Tous pour tous » : le 29 janvier sera une grande journée de grèves et de manifestations.

Dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, les personnels en ont aussi assez du gouvernement et de ses réformes. La capacité de notre pays à former une grande partie des nouvelles générations est en péril et le dynamisme de la recherche publique est affaibli.

Maintenant, ce sont les personnels qui sont en ligne de mire.

• La RGPP va supprimer des dizaines de postes au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. La seule proposition de la ministre, en date du 7 janvier est un projet d’arrêté sur les "montants et modalités d’attribution de la prime de restructuration de service et de l’indemnité de départ volontaire » dans le cadre de la restructuration. Ces primes pourront être versées aux agents « mutés ou déplacés » dans le cadre de la restructuration, y compris hors de la région Ile-de-France

• Après l’INSERM, c’est le tour du CNRS d’être découpé en instituts. La plupart des UMR devraient être sous gestion universitaire. Les personnels administratifs, informaticiens et documentalistes de ces UMR, des délégations régionales et des sièges des EPST vont être parmi les premiers touchés. Déjà, on suggère à certains de se trouver de nouvelles affectations. En 2009, les suppressions de postes d’ITA et de chercheurs seront accentuées par la mise en place des chaires juniors. Ces chaires menacent directement le statut de chercheur à temps plein.

La politique d’appels d’offre de l’ANR limite la liberté de recherche empêche toute vision globale d’une politique nationale et a déjà créé plus de 6000 CDD, post doc et ITA.

• L’autonomie des Universités permet de les mettre en concurrence et d’en sélectionner un petit nombre qui deviendront des grands campus au service d’une recherche pour l’innovation des grandes entreprises. Même la CPU vient de se rendre compte qu’il y aura des suppressions de postes et des restrictions budgétaires, ce qui l’a motivé à envoyer une lettre ouverte à Sarkozy ! Le Statut des Enseignant-chercheurs est remis en cause. Le dispositif de modulation des services fait de la mission d’enseignement une sanction pour ceux dont l’activité de recherche ne sera pas évaluée au top niveau ! La mise en œuvre de l’autonomie va entraîner l’explosion du nombre des non titulaires et un recrutement encore plus tardif des titulaires. Elle porte en germe l’explosion des statuts et la multiplication des contrats négociés de gré à gré.

• Pour toutes les catégories, les projets du gouvernement sur les carrières laissent de côté la reconnaissance des qualifications pour n’envisager que l’individualisation des rémunérations. Pire, le recul de l’âge d’embauche est désormais ouvertement avancé pour les chercheurs et les enseignants chercheurs (dans l’audit de l’Inserm c’est l’ensemble des catégories qui est concerné) : un CDD de 5 ans après les post doc permettra de repérer les futurs leaders qui seront seuls à bénéficier d’un statut de titulaire.

Dans la recherche et l’enseignement supérieur, nous avons de nombreux motifs, communs avec les autres salariés mais aussi spécifiques, pour combattre la politique de Sarkozy et de son gouvernement. Nous devons nous mobiliser largement et nous pouvons obtenir des reculs importants.

Le SNTRS-CGT, en convergence avec les autres syndicats de la recherche et de l’Enseignement Supérieur, appelle à deux temps forts de mobilisation.

Le 20 Janvier pour la recherche et l’enseignement supérieur

Pour l’abandon des « réformes » en cours et l’ouverture de négociations sur tout le contentieux : précarité, statuts, postes et rémunérations, organisation et moyens de la recherche et de l’enseignement supérieur.

A Paris, rassemblement à 14h30 rue Descartes devant le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour aller en manifestation à Matignon

Le 29 Janvier avec les autres salariés du public et du privé pour

• La priorité au maintien des emplois face à la crise

• L’amélioration du pouvoir d’achat et des salaires et la réduction des inégalités

• La préservation et l’amélioration des garanties collectives

• Le respect des droits fondamentaux et sociaux dans les échanges internationaux

PDF - 50.1 ko
TracrtSNTRS20-29janv09

Documents joints

PDF - 6.7 ko

Agenda

<<

2020

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

"URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !"

URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !

REFUSONS cette injustice !

REFUSONS ce régime de prime inégalitaire entre les établissements mais aussi entre les agents au sein d’un même établissement !

ignez et faite signer la pétition en ligne : http://www.sntrs-cgt.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5