COMPTE-RENDU DU CONSEIL SCIENTIFIQUE DE L’INSERM DU 29 MARS 2010

lundi 12 avril 2010
par  JeanKister

COMPTE-RENDU DU CONSEIL SCIENTIFIQUE DE L’INSERM

DU 29 MARS 2010

Alain GIRON et Patrick ROBERT, élus SNTRS CGT au CS INSERM

Intervention de Thierry Damerval, Directeur Général Délégué de l’INSERM (en raison de l’absence d’André Syrota, PDG INSERM, pourtant annoncé !)

T Damerval rappelle que le contrat d’objectif (et de performances) doit être limité à une trentaine de pages. Il ne sait s’il intègrera la demande de moyens (arbitrage par le ministère des finances). Le contrat devra être finalisé à l’automne 2010. Le Conseil Scientifique (CS) doit proposer une version début mai 2010, la première validation n’ayant lieu que début juin 2010.

A une question sur la liste d’indicateurs associés aux priorités (obligation de la LOLF), il pense que l’on ne s’orientera pas vers un catalogue du type INRIA (178 indicateurs) mais plutôt vers une description par grandes familles (à titre d’exemple : production scientifique/bibliométrie - valorisation - diffusion scientifique/formation - gestion financière – hygiène et sécurité – ressources humaines).

Des suggestions sont faites par certains membres du CS pour associer des indicateurs de mesures de coopération entre institutions ou des indicateurs des économies obtenues par le regroupement en grosses structures.

A une question sur la part de la responsabilité de l’Inserm dans le fiasco de la grippe A H1N1 (lors des précédents conseils, cette opération nous était systématiquement présentée comme « exemplaire »), il est demandé au responsable de l’ITMO (le professeur Delfraissy) d’en faire le bilan à la prochaine réunion du Conseil Scientifique.

Concernant les relations avec l’université, et en particulier l’opération Grand Emprunt et les IHU, avec des appels dispersés (CPU, Inserm, université), appels assortis de déclarations plus ou moins rugueuses, T Damerval entend dissocier déclarations, intentions et analyse de la capacité des uns et des autres à gérer les grands projets.

L’après-midi est dévolue à la discussion sur les primes, le contrat d’objectifs, la rationalisation de la bibliométrie proposée par l’Inserm

Concernant les primes aux chercheurs, une unanimité s’exprime sur le fait qu’elles ne peuvent se substituer aux revalorisations de carrière. Pour le reste, il semble, selon les dires du président du CS, qu’il y ait des divergences. Cependant elles ne semblent pas s’exprimer ouvertement pendant la séance. Le président reste sur une sorte de statu quo … absolument illisible !

Concernant les concours chercheurs, certains membres du CS trouvent choquant que les listes complémentaires soient réduites, compte-tenu de l’accroissement du niveau et du risque de postes non pourvus par des défections vers d’autres EPST.

Impression générale : de l’ensemble des discussions (sans doute faut-il plutôt parler d’un monologue du président entrecoupé d’interventions) le conseil scientifique est devenu une instance anesthésiée qui attend l’euthanasie finale !

Word - 75 ko
CR_SNTRS_CS_INSERM_29_3_10

Documents joints

PDF - 22.5 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

"URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !"

URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !

REFUSONS cette injustice !

REFUSONS ce régime de prime inégalitaire entre les établissements mais aussi entre les agents au sein d’un même établissement !

ignez et faite signer la pétition en ligne : http://www.sntrs-cgt.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5