Réorganisation des services informatiques de l’INRIA

la direction invente le « fonctionnaire précaire »
jeudi 22 juillet 2010
par  Christine Leininger

La direction de l’INRIA souhaite améliorer l’efficacité des outils informatiques et la qualité du support à la recherche. Si les personnels des services informatiques sont favorables à un tel projet, les choix opérés par la direction sont largement contestés.

Après deux années de discussions secrètes, sans aucune concertation avec les agents concernés, ni avec les utilisateurs ou les organisations syndicales, l’équipe de direction de la DSI a ainsi violemment annoncé qu’elle avait décidé :

• de transférer 30 des 90 agents des Services Informatiques des centres vers la Direction des Systèmes d’Information,

• de « remettre en jeu » les 128 postes occupés actuellement par les personnels des Service Informatique et la DSI (responsables de service et membres de la direction exclus...),

• de demander à chaque agent d’émettre au minimum 2 vœux de (ré)affectation.

Alors que la direction, via le CNHS, veut mettre en place un groupe de travail sur le stress et la souffrance au travail, elle choisit une méthode anxiogène pour tous ! En effet, ce concours général génère stress, inquiétudes et démotivation chez les participants désignés d’office, qui doivent candidater à nouveau y compris sur leur propre poste. Cette méthode s’apparente à une remise en cause insidieuse du statut de fonctionnaire des agents visés, notamment de leur sécurité d’emploi. Celle-ci n’est pas un luxe ni un privilège, mais simplement un gage de leur indépendance dans leur travail. Nous déplorons devoir rappeler de telles banalités à la direction. Voilà où mènent les méthodes autoritaires, le mépris du dialogue social, la concentration des pouvoirs.

De plus, les services informatiques des centres, ponctionnés de 30 de leurs agents, ne compteraient plus qu’en moyenne 8 agents par centre : un responsable, 3 ingénieurs et quelques gestionnaires de parc. Comment améliorer ou même garantir le niveau de service de proximité avec une telle réduction de personnel ?

Le SNTRS-CGT s’associe aux agents des Services Informatiques pour dénoncer ce projet de restructuration ainsi que la manière dont il est mis en œuvre. Nous demandons donc l’arrêt de cette méthode violente et inefficace, et la mise en place d’une réelle concertation. Il y a des compétences, des idées, des volontés chez les agents. Il faut reconstruire un projet en prenant en compte ces richesses ! C’est dans ces conditions seulement que le système d’information de l’INRIA pourra être amélioré, tout en conservant un haut niveau de service auprès des scientifiques et des administratifs.

La direction a annoncé qu’elle comptait réorganiser l’ensemble des services support à la recherche de l’institut. Nous sommes tous concernés !

Télécharger le tract en PDF


Documents joints

Tract sur la réorganisation des services (...)
PDF - 3.8 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

"URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !"

URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !

REFUSONS cette injustice !

REFUSONS ce régime de prime inégalitaire entre les établissements mais aussi entre les agents au sein d’un même établissement !

ignez et faite signer la pétition en ligne : http://www.sntrs-cgt.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5